NOËL, INTENTIONS ET LENTEUR

IMG_0017.jpg

Mine de rien, le temps des fêtes arrive à grands pas.

Déjà. J'ai envie de déposer ici mes intentions, dont la lenteur pour le temps des fêtes. Des intentions qui reviennent d'années en années, qu'on ancre un peu plus chaque fois.

Habituellement, je commence à être rêveuse face aux temps des fêtes au mois de novembre. J’ai toujours adoré le temps des fêtes. Petite, je passais de longues minutes à m’émerveiller devant les lumières du sapin, à me rappeler la signification des ornements dans l’arbre de mes parents, à regarder la lune dans le ciel, à bricoler des décorations à mettre un peu partout dans la maison. Avec les moyens du bord. Rien de fancy, pas d’extravagance.

Contemplative.

Au cours des dernières années, cette féérie est revenue en force dans mon esprit. Avoir des enfants m’a replongé – même si je n’en étais pas tant sortie – dans ce plaisir que j’ai à laisser mon esprit dériver, à siroter des chocolats chauds épicés devant le foyer avec des gros bas de laine et à bricoler les décorations pour la maison. Regarder leurs yeux émerveillés devant notre arbre de Noël.

Je dis non aux courses folles, aux horaires surchagés, aux surplus de bebelles et de cadeaux achetés sur le pouce sans réfléchir, aux suremballages, au gaspillage, à tous ces déchets.

Je dis non au lutin. Ouep, je dis un gros NON au lutin.

Je dis oui à la féérie, à la chaleur, au feu de foyer, au sapin qui sent bon, aux glissades et séances de patinage en famille, aux bonnes discussions autour de bonne bouffe avec des gens qui nous sont chers. Je dis même oui à quelques cadeaux, bien réfléchis, soigneusement choisis et humblement emballés. Je dis oui à la magie dans les yeux de mes enfants de découvrir UN cadeau sous l'arbre et de vouloir jouer avec tout de suite et maintenant et de dire OUI VAS-Y MON AMOUR.

Au fil des ans, j’ai développé des petits trucs pour ne pas que ce temps des fêtes deviennent lourd et chaotique. Ça ne fonctionne pas toujours, mais j’aime bien me les rappeler afin d’apaiser cette période de l’année et d’en profiter pour ce qu’elle est vraiment : une grande période de temps passé avec les gens qu’on aime, à bien manger, à jaser, à jouer dehors. Et toute la préparation et le cœur qu’on y met tout le long du mois de décembre (sans pression, sans jugement, sans performance), c’est de l’anticipation à ce beau temps passé ensemble. Rien de plus.

L'essentiel.

Je dépose ici mes quelques trucs, afin de me les rappeler en cette année où je suis particulièrement fatiguée avec mes deux petits loups, la grossesse qui s’en vient plutôt lourde et le retour au bureau. Je ne veux pas perdre de vue ce qui me fait du bien chaque année aux temps des fêtes et les valeurs auxquelles on tient en famille, pour nous et les enfants :

 

LA BRICOLE

Fabriquer des décos de Noël de mes mains me procure de la joie et un moment totalement zen. Je planifie donc les quelques décorations de Noël que j'ai envie de faire chaque année (sans pression!) et je bloque du temps dans mon horaire pour prendre le temps de les faire (avec une amie, c’est encore mieux!). Cette année, j'ai envie de faire des flocons de neige en papier, des couronnes de Noël en matières naturelles (chaque année je me dois d'en faire maintenant, c'est totalement zen et une décoration durable, sans déchet dont l'odeur est simplement magnifique), des lanternes de glace et branches de sapin et quelques cartes de Noël avec les enfants. Peut-être que l'on refera des ornements en pâte également, si les enfants en ont envie.

  Cette odeur de pin que j'aime.

Cette odeur de pin que j'aime.

 LE SAPIN

J'adore aller chercher notre sapin de Noël à la quincaillerie à côté. J’aimerais beaucoup aller le couper nous-même sur un site destiné à cela mais ce n'est pas grave si ça n'arrive pas cette année, vue les circonstances. On adore en faire une activité de journée avec la décoration de l'arbre, notre photo annuelle sur le mur blanc sur le côté de la maison, un feu de foyer et un chocolat chaud. Et quand il y a de la neige, on en profite pour aller glisser dans la côte Badelard. J'adore cette journée. Vous savez, MAKE TIME. 

  Notre photo traditionnelle de sapin de Noël (2014)

Notre photo traditionnelle de sapin de Noël (2014)

  Tsé. Je les aime tellement. (2015)

Tsé. Je les aime tellement. (2015)

  La tradition en 2016

La tradition en 2016

LE CALENDRIER DE L'AVENT EN PHOTOS

Je ne sais pas encore si cette année je le ferai. Je serais déçue je crois de ne pas faire, pour une 3e année de suie, ce superbe projet de mon amie Sarah Scott. Mais, pas de pression. Si je suis alerte et en forme au début décembre, j'empoignerai ma caméra et capterai notre mois de décembre avec grand plaisir. (Cliquez sur les liens pour visualiser les images des calendriers de l'Avent de 2014, celui de 2015, celui de 2016 qui est en plein en train d’être créé!)

 

OFFRIR DE MES MAINS

J'essaie chaque année de fabriquer quelques cadeaux de mes mains. Ça me fait du bien, ça fait chaud au cœur à la personne qui le reçoit. Ça fait un pied de nez à la (maudite) surconsommation. Que ce soit des citrons confits au sel ou une toile, un petit présent en guise de cadeaux d'hôte ou encore un présent sous l'arbre, j'aime vraiment cet aspect de Noël.

 

DIRE NON 

Je me permets d’alléger notre horaire familial, de respecter le plus possible le rythme des enfants et de dire non quand je sens que c’est trop.

 

ALLÉGER LE MATÉRIEL

Je casse les oreilles de ma famille à longueur d’année avec l’idée que moins, c’est mieux, surtout en ce qui concerne les enfants et leur cadeau. Au secondaire, je disais déjà à ma mère que je préférais amasser mes sous longtemps et dépenser un gros montant pour un chandail de qualité qui me durerait longtemps (et que je mettais 3 fois par semaine, oh la la) plutôt que d'en acheter 4 cheaps que je n'aimais pas autant.

Qu'un cadeau super bien choisi valait mille fois plus pour mes enfants qu’un paquet de petites choses. Je tiens, par ailleurs, à ce que mes enfants aient le loisir de JOUER avec le cadeau qu'ils viennent de recevoir sans se faire dire que non, on ne l'ouvre pas, attend, tiens, en v'là d'autres, allez! déballe!. NON. De manipuler ce qu'ils viennent de recevoir, s'émerveiller, ouvre la porte pour la reconnaissance, pour bien ancrer l'instant en eux. Apprécier. Tsé, là, apprécier. Ça s'apprend. Et ça commence tout petit.

Les meilleurs souvenirs se créent quand on leur laisse le temps de s'imprégner en nous.

J’ai une petite liste de suggestions pour un cadeau (un jouet ou quelque chose dont les enfants ont besoin). Je sais que pour certaines familles cela cause des conflits. Ici, je dois dire que ça se passe plutôt bien et j'en suis soulagée. Il y en a encore trop, mais ça s’améliore d’année en année. Il demeure une folie de l’emballage et de l’abondance, à mon sens (c'est très relatif d'une personne à l'autre), mais je ne veux pas non plus imposer trop fortement aux autres les décisions que l’on a prises pour notre cellule familiale.

Prêcher par l’exemple, en discuter, montrer les bénéfices valent mieux à mon sens que d’imposer lourdement notre vision à tout le monde. En même temps, je tiens fortement à protéger mes enfants de cette abondance futile et de gaspillage. Jusqu'à maintenant, je trouve que ça se passe bien. Mais j'avoue que chaque année j'appréhende légèrement cet aspect des fêtes.

Oh well…on pourrait écrire un roman complet sur le matérialisme et les enfants.

 

Pour le moment, c'est dans cet état d'esprit que j'entame mes réflexions autour du temps des fêtes. Rien de bien nouveau par rapport aux dernières années. Toutefois, je dois faire attention un peu plus cette année, être encore plus la gardienne de notre simplicité et lenteur puisque je nous sens tous un peu plus fatigués qu'à l'habitude, moi la première (#baleine).

Conserver les traditions importantes pour nous en tant que famille ainsi que dans nos familles respectives. Et nos amies (allo brunch annuel avec mes beaux amis d'amour!). Y aller mollo avec le reste. Prendre le temps de réfléchir et choisir. Respecter nos valeurs et notre rythme.

 

Elisabeth Simard